Sélectionner une page

Découvrez le cran du poulet.

Un morceau de choix.

Notre littoral a été classé Grand Site de France en 2011 et franchement, ce n’est pas pour rien. Que ce soit pour ses plages ou ses paysages intérieurs, beaucoup de touristes sont attirés par la beauté de notre région. Si vous voulez sortir des sentiers battus, la route des crans est faite pour vous.

Longeant la côte d’Audinghen au cap Gris Nez, je me suis arrêté sur l’un d’entre eux : le cran du poulet.

Visite guidée.

plage du cran du poulet à marée haute

Accès

Un cran est comme une entaille à la côte formant une petite crique un peu comme celles que l’on trouve sur la côte d’azur. Le cran du poulet est assez facile d’accès quand on connait le chemin pour y arriver.
Que l’on vienne de Boulogne s/mer ou de Calais, je ne saurai trop vous conseiller d’emprunter la Route Départementale 940 qui longe la côte jusqu’à la commune d’Audinghen.
Pour ceux qui démarrent de Saint Omer, après avoir pris la RN42 jusqu’à la zone commerciale de l’Inqueterie, vous prendre l’autoroute A16 sortie 36 Marquise. Prendre à gauche toute puis suivez la RD 191 jusqu’à la maison du site des 2 caps.
Un parking vous attend le long de la RD940, direction Audresselles à 300m de la maison du site, au bord du bois d’Haringzelles.

Un petit coup d’oeil vers Audresselles, et désormais la balade peut commencer.

AMBLETEUSE

NATURE

Le parcours

Passez votre souris sur la photo satellite pour découvrir les éléments du parcours.

Traversée du bois d’Haringzelles

Juste après le parking, prenez à droite et traversez ce petit bois qui a la particularité d’être jonché de bunkers de la seconde guerre mondiale. On peut aisemment remarqué les ravages de la chalarose du frêne qui les a presque tous décimés. Le sureau est largement présent dans le sous bois. Différentes plantes à fleurs sont visibles dans la clairière centrale telle la Silene de couleur pourpre.

Arrivée au cran du poulet

Environ 100 mètres après un petit bunker, prenez à gauche sur le sentier qui vous menera à travers champs jusqu’au cran du poulet. Des cultures de petits pois à faire rougir un pigeon ramier tapissent le paysage de part et d’autre du chemin. Un petit val creusé par un ruisseau retient les ruissellements dans une petite mare bordée d’arbustes nains penchés par les vents fréquents. J’ai pu y observer facilement des linottes mélodieuses et même un bruant jaune qui chantait à tue tête (retrouvez-les dans ma galerie d’oiseaux). Après une longue descente me voilà arrivé au cran du poulet.

Ce qui surprend au premier abord, c’est le contraste entre ce que je viens de traverser et ce que je découvre en arrivant au cran du poulet. Au vert des champs et des arbustes succède le gris, le brun, l’ocre de la roche. Une falaise déchiquetée par les sautes d’humeur de la météo qui déchainent régulièrement coups de vent et tempêtes. Cette crique a quelque chose de Breton à moins que ce soit la côte d’émeraude qui s’inspire du cran du poulet. L’eau y est christaline. A marée basse, on peut circuler d’un cran à l’autre. On trouve ça et là de gros blocs de béton qui n’ont rien de bien naturel. Certainement les restes d’un estaminet construit ici avant la guerre ou d’un des nombreux blockhaus qui jalonnent la côte.

Montée vers le cran aux oeufs

Le haut des falaises est jonché de bouquets de fleurs basses. Plus on avance en direction du cap Gris Nez et plus on en voit. Il s’agit de la Knautie des champs qui colore les sols en cette fin mai. J’ai pu apercevoir des dizaines de papillons, principalement le mélitée du plantain. Après quelques efforts, me voilà arrivé au point haut avec une vue à 360°.

Pin It on Pinterest

Share This