Sélectionner une page
journal_oiseaux

Le moineau domestique est-il toujours aussi présent dans nos villes ?

 

Ce passereau bien connu de tous fait tellement partie de notre quotidien qu’il en deviendrait tellement banal au point que peu de personnes ne se doutent du danger qui le guette. Pour bien comprendre ce qui lui arrive, il faut commencer par le connaitre.
Suivez mon enquête pour comprendre ce qui arrive au moineau domestique.

Piaf, Pierrot, Mouchon ou encore Monieau comme on dit par chez nous, ce petit oiseau de la famille des Passeridés est très facilement reconnaissable de tous. Il est à l’origine de nombreuses croyances ou même de dictons plus ou moins flatteurs depuis l’antiquité. Tantôt adulé, tantôt massacré, le passer domesticus ne devrait pas vous laisser indifférent. Voici son histoire.

I vaut miux un monieau dins s’main
Pour briller dins les soirées mondaines..
Pour nin rester comme un bec-bos devant ché invités…

Proverbe ch'ti

Il vaut mieux avoir un moineau dans la main
Pour briller dans les soirées mondaines..
Pour ne pas rester planté comme un idiot devant les invités…

AMBLETEUSE

NATURE

FEMELLE

MÂLE

Description du moineau domestique.

Au premier abord, le moineau domestique semble dénué de couleur.Pourtant, quand on y regarde d’un peu plus près, on observe facilement des nuances plus ou moins chaudes : du noir, du blanc, du marron, du gris clair, du gris foncé. Il n’a pas les couleurs du Chardonneret élégant mais il a son charme.

Description du mâle.

  • La tête est ornée d’une calotte grise, une nuque marron chataigne, des joues plutôt blanchâtres et une gorge noire avec sa “cravate” de la même teinte sur sa poitrine. L’oeil se distingue à peine tant il est sombre…dans une zone sombre. Un petit trait blanc distinctif de l’espèce se remarque au-dessus de l’oeil. Le bec conique est noir.
  • Le plumage a une connotation plus chaude avec des plumes marron, d’autres avec des stries noires sur leurs longueurs et même une ligne blanche au bout des plumes supérieures. Le dos est gris clair et le ventre plutôt blanchâtre.
  • Les pattes sont roses et le croupion est gris clair. Notez qu’il est pudique sur le sujet. Vous ne verrez son postérieur qu’à l’envol.

Description de la femelle.

Le dimorphisme sexuel est assez sensible dans un couple de moineaux domestiques.

  • La tête est moins sombre, elle est dépourvue de calotte et arbhore un large sourcil maquillé d’une teinte crème.
  • Sa robe est plus largement striée de plumes noires et la ligne blanche au bout des plumes supérieures est plus fine.
  • Le bec n’est pas noir mais plutôt brun.

Le chant du moineau domestique.

Ah, oui ! C’est ça son chant. Mouais, la mélodie ne vaut pas celle du chardonneret élégant ou du pouillot véloce. On dirait plutôt une suite de petits cris. Quand un groupe de moineaux se retrouve dans un buisson, leurs petits cris combinés sont audibles à plusieurs mètres. Lors de la saison des amours, comme tout mâle qui se respecte, le moineau domestique donne de la voix sans discontinuer.

Mode de vie.

Le moineau domestique est plutôt trappu et puissant; tout au moins le mâle. Lorsqu’il vole, il ne prend pas de détours ni ne fait de zigs et de zags : pour lui, c’est tout droit.

Le bec conique, court mais puissant, dont il est pourvu est caractéristique des granivores. Les graines qu’il peut trouver dans les champs ou dans nos poulaillers par exemple constituent l’essentiel de sa nourriture. La partie inférieure du bec sert de cisaille tranchante et rien ne lui résiste. Notre ami le moineau est un sacré opportuniste également. Il ne dédaigne pas engloutir insectes, vers ou même miettes de pains s’ils se trouvent sur son chemin. A l’instar de son collègue l’accenteur mouchet, on le retrouve régulièrement au pied des mangeoires suspendues en train de glaner ce qui est tombé. Mais l’oubliez pas : il est opportuniste et s’il n’y a rien à terre, il n’hésitera pas à grimper dans la dite mangeoire quitte à affronter les turbulents verdiers par exemple.

Le nid de nos protégés est souvent placé dans un creu, entre un mur et une toiture par exemple. Les matériaux de construction sont essentiellement constitués de végétaux : feuilles sèches, graminées,… Vous pouvez construire un nichoir à moineaux en respectant notamment une ouverture circulaire d’au moins 35cm. Par expérience, je n’ai jamais eu aucun résultat de ce côté là. En effet, le trou étant plutôt large pour pouvoir laisser passer notre boule de plumes, d’autres oiseaux tout aussi opportunistes, en particulier la mésange charbonnière, se chargent d’occuper les lieux avant les moineaux.

La formation des couples se fait à chaque printemps après une lutte acharnée entre mâles. Il y aura alors une première nichée de 4 à 8 oeufs couvés par les deux parents pendant environ deux semaines. Les oisillons seront nourris durant deux semaines dans le nid puis quelques jours après l’envol. Viendra ensuite le temps pour notre duo de remettre le couvert une deuxième ….puis une troisième…et pourquoi pas une quatrième fois dans l’année. Quelle santé ! Mais attention, tout comme les poules d’eau qui squattent ma mare, la mortalité infantile est très forte chez les moineaux domestiques.

polaroid_oiseaux

AMBLETEUSE

NATURE

L’homme et l’oiseau.

Le moineau domestique est sociable.

Cet oiseau a toujours tiré intérêts auprès des hommes qu’il côtoie. Il faut dire que dans la grande majorité des cas, le moineau vivra toute sa vie au même endroit quelque soit la saison. On peut en effet le voir aussi bien dans nos poulaillers à la belle saison qu’aux mangeoires en plein hiver.
Il préfère rester en groupe, l’union faisant certainement la force. Il n’est pas rare d’en voir des groupes de plusieurs individus errant entre les étals des marchés à la recherche de quelque chose à picorer. Il y croise d’ailleurs de plus en plus de pigeons et de goélands notamment à Boulogne s/mer.

Commensalisme assumé.

Le moineau domestique est donc sédentaire et docile. A l’instar du poisson pilote nageant près de la gueule du requin, notre ami profite des “largesses” des hommes sans pour autant lui nuire.
Nos murs et sous pentes de toiture lui serve d’abri. Nous lui fabriquons des nichoirs et même des mangeoires. Nous laissons facilement trainer quelques croutons de pain qui, soit dit en passant, ne devrait n’être qu’un aliment pour les hommes. Nos potagers  et vergers regorgent de graines en germination dont il se délecte dès le printemps arrive sur la côte d’opale.

Son environnement idéal.

Il adore fréquenter nos villages avec ses vieux murs pour y installer son nid. Ajoutez donc des espaces cultivés à proximité ou des jardins et vergers pour qu’il puisse y trouver sa nourriture ou les matériaux de construction pour son nid.
Des haies touffues pour qu’il puisse s’y réfugier en cas d’attaque de ses ennemis tels le faucon crécerelle ou l’épervier d’Europe sont également des éléments de décor à privilégier pour le moineau domestique.
Lorsque mon composteur reste ouvert, je peux voir régulièrement le moineau domestique venir en tirer profit.

Un long fleuve tranquille ?

Cohabitation du moineau domestique et du verdier à la mangeoire.

Le moineau domestique est plutôt placide et conciliant avec les autres espèces et avec les hommes.
Mais est-ce toujours réciproque ?

Ça y est ! Nous sommes descendus de nos arbres et nous avons réussi à passer du stade de chasseurs/ceuilleurs à celui d’agriculteurs. Orge et blé sauvage, formant l’essentiel de nos activités agricoles, sont stockés dans nos greniers à grains. Notre moineau domestique a bien compris qu’il trouvait là une nourriture abondante et facile d’accès tout au long de l’année.

Le dieu grec Asclépios décide de sanctifié le moineau domestique. Il symbolise l’amitié car il est familier des humains qui l’apprécient en  les débarrassant des insectes. Plus tard, les romains l’associeront aux divinités protectrices et domestiques de leur foyer et de leur garde-manger.

Le moyen-âge bat son plein. Le moineau domestique est le symbole des paysans et des basses classes de la société. Il représente le foyer accueillant et chaleureux, le travail et l’art de l’adaptation à toutes les situations. N’a t’il point réussi à traverser les âges sans disparaître ?

Les premières études sur le moineau domestique notent une diminution des 2/3 de leur population depuis le début de l’ére industrielle. L’apparition de l’automobile à accéléré le déclin des attelages de chevaux dans les rues des villes. Le moineau trouve donc moins de restes de graines dans les crottins et perdent les nombreuses céréales que les chevaux laissaient échapper de leurs besaces. Sans compter, l’importante mortalité due aux chocs avec ces engins.

En chine, le dictateur Mao Zedong ordonne l’éradication des moineaux jugés coupables de créer la famine en mangeant les grains. Les habitants reçoivent l’ordre de casser leurs oeufs, détruire leurs nids, faire du bruit pour les empêcher de se poser et ainsi tomber à terre après épuisement. En moins de 4 ans, l’espèce a quasiment disparu. Faute d’oiseaux, les insectes ravageurs détruisirent les récoltes entrainant la mort de 30 000 000 de chinois.

20 MARS 2019

Journée mondiale pour le moineau

Déclin de l’espèce en quelques chiffres

%

Grande Bretagne en 30 ans

%

Allemagne en 30 ans

%

Tchéquie en 20 ans

%

France en 40 ans

Le pourquoi du comment 

Comment expliquer ces relevés scientifiques désastreux ? Ne vous creusez pas trop la tête tant la réponse est évidente :

c’est de votre faute

et de la mienne, bien sûr ! L’homme et son outrecuidance crée un indubitable déséquilibre dans l’environnement. La diminution de la population de moineaux domestiques est tout aussi remarquable que la fonte des glaces, la desertification, la mortalité chez les abeilles,…

champs

Les techniques agricoles

La suppression des haies, les techniques d’assolement, les pesticides dans les champs et les jardins, l’abandon des stockages dans les granges,…,amoindrissent leurs chances de se nourrir.

beton

Les techniques de construction

L’augmentation du bétonnage des sols,  de la pose de parois lisses ou vitrées lors de la construction ou la rénovation de bâtiments accentuent la raréfaction des sites de nidification en ville.

embouteillages

Densification du trafic routier

L’augmentation de la part de la sacro-sainte bagnole dans le paysage impacte directement notre environnement. Saviez-vous qu’ils ont ajouté 5% de benzène en plus dans le sans plomb ?

Les fléaux

Au niveau planétaire, le chat, est, derrière le rat mais devant le renard et le chien, à l’origine de l’extinction de centaines d’espèces. Nos chers chats domestiques, véritables prédateurs, sont un fléau pour la biodiversité.

Que pouvons-nous faire ?

desherbage_manuel

Pas de désherbant ni pesticide

Pratiquez le désherbage manuel, vous sauvegarderez les insectes qui s’y trouvent et ne polluerez pas les sols. Les moineaux auront leur nourriture et les matériaux sains pour leurs nids.

haies

Plantez des haies vives

Les haies servent de garde-manger et de protection contre les prédateurs pour les moineaux domestiques. Attention à ne pas les tailler entre mars et octobre.

mangeoires

Placez des mangeoires

Fabriquez des mangeoires et garnissez-les de graines de tournesol. Attention à ne nourrir les oiseaux qu’entre le 15 octobre et le 15 avril de l’année suivante.

Construisez des nichoirs

Quelques bouts de planche, une scie sauteuse, quelques vis et le tour est joué. Placez vos chefs d’oeuvre le plus haut possible pour éviter les prédateurs de tous poils.

hotel_a_insectes

Posez un hôtel à insectes

Facilitez l’arrivée des insectes au début du printemps grâce à la construction d’un dortoir sur mesures. Les moineaux sont omnivores et adorent croquer toutes sortes d’insectes.

Enfermez vos chats

Faites comme moi, j’adore les chats alors je les garde à la maison. De toute façon dehors il y a des giboyeurs sans vergogne qui les attendent assurement.

Morale de l’histoire

Le moineau domestique est un symbole visible du déréglement de la nature du fait des actions humaines. Il est grand temps que les hommes prennent conscience que tout ce qu’ils font a des conséquences sur Dame Nature.

Comment nier, à l’instar d’un certain président à la coiffure peroxydée, que le réchauffement climatique ou la destruction de la biodiversité ne sont que des vues de l’esprit ?

Balancer du Roundup dans une allée, jeter son mégot sur une plage ou même rouler légèrement au-dessus des limitations de vitesse…tout ça a des conséquences sur notre environnement.

Alors bien sûr, on ne va pas s’arrêter de vivre mais on peut tout de même faire des petites choses qui mises bout à bout finiront par avoir un impact positif.

Alors restez curieux de nature et à vous de jouer.

Pin It on Pinterest

Share This